Allez au contenuAllez à la navigation

5 circonscriptions à surveiller dans les Prairies

La plupart des analystes politiques s’attendent à une vague conservatrice dans les provinces des Prairies au cours de la prochaine élection. Au moment de la dissolution, le Parti conservateur du Canada (PCC) détenait 43 des 62 sièges de la région, suivi par le Parti libéral du Canada (PLC) avec 11 et le Nouveau parti démocratique (NPD) avec cinq, et on comptait deux indépendants et un siège vacant.

Ce dernier, dans la circonscription de Calgary Forest Lawn, est digne de mention, puisqu’il était détenu par le doyen des conservateurs Deepak Obhrai, décédé plus tôt cette année après avoir représenté la région pendant 22 ans. Le PCC devrait remporter ce siège à nouveau en 2019. Il est même envisageable que le PCC rafle les 34 sièges disponibles en Alberta, 13-14 sièges en Saskatchewan, et 9-10 sièges au Manitoba, ce qui lui donnerait un total de 58 sièges dans la région. Bien qu’une telle performance représenterait un gain significatif, c’est seulement le tiers des votes nécessaires pour former un gouvernement majoritaire. Néanmoins, plusieurs courses intéressantes se dessinent dans les Prairies, avec plusieurs députés sortants cédant leur place, et d’autres étant sérieusement menacés.

Edmonton—Strathcona

Députée sortante : Linda Duncan (NPD) (ne se représente pas)
Candidats à surveiller : Heather McPherson (NPD), Sam Lilly (PCC)
Profil : Urbain

En 2008, Linda Duncan a arraché ce siège au conservateur Rahim Jaffer par une marge d’à peine 463 votes, devenant ainsi la seule élue non conservatrice en Alberta. Mme Duncan a également gagné en 2011 avec 52,9 % des voix (41 % pour le PCC) et a été réélue en 2015 avec 44 % des voix (31 pour le PCC). Maintenant qu’elle se retire, la course est serrée : le NPD et le PCC sont au coude à coude dans cette circonscription, qui était détenue par les conservateurs avant 2008. Il est à noter que la circonscription d’Edmonton-Strathcona chevauche le comté remporté par l’ancienne première ministre albertaine Rachel Notley à l'élection provinciale plus tôt cette année.

———

Edmonton Mill Woods

Député sortant : Amarjeet Sohi (PLC)
Candidat à surveiller : Tim Uppal (PCC)
Profil : Banlieue

Amarjeet Sohi a remporté cette circonscription en 2015 après avoir battu le député conservateur sortant Tim Uppal par seulement 92 votes. Il s’agissait d’une élection historique au cours de laquelle l’Alberta a envoyé quatre libéraux à Ottawa, alors que le PLC n’avait gagné aucun siège à Edmonton depuis 2006, et aucun à Calgary depuis 1972. M. Sohi est devenu ministre de l’Énergie en 2018, héritant de plusieurs dossiers épineux dont l’accès au marché du pétrole et du gaz, des projets de pipelines sur la glace, et deux projets de loi impopulaires en Alberta : C-48 et C-69, mieux connus localement comme la « loi anti-pétroliers » et la « loi anti-pipelines ».

Bien que M. Sohi ait bien fait dans ce rôle, et ait acquis un certain mérite dans l’achat par le gouvernement du Canada du pipeline Trans Mountain et son projet d’expansion, ce bilan risque d’être insuffisant pour sauver son siège, voire les trois autres gagnés par les libéraux en 2015. Tim Uppal a détenu ce siège pour les conservateurs de 2008 à 2015, et devance Sohi dans les sondages depuis un bon moment.

———

Desnethé—Missinippi—Churchill River

Députée sortante : Georgina Jolibois (NPD)
Candidats à surveiller : Gary Vidal (PCC), Tammy Cook-Searson (PLC)
Profil : Rural/nordique

Lors de l’élection de 2015, la candidate néo-démocrate Georgina Jolibois a défait le candidat libéral Lawrence Joseph par une mince marge de 54 voix pour remporter cette circonscription éloignée couvrant le nord de la Saskatchewan. En 2018, la chef de la Première Nation de Lac La Ronge Tammy Cook-Searson a annoncé qu’elle se présenterait sous la bannière du PLC pour aider le parti à regagner le siège. Bien que les yeux soient rivés sur la lutte Jolibois/Cook-Searson, le candidat conservateur Gary Vidal semble jouir d’un soutien grandissant, alors que les candidats de centre gauche se divisent le vote. L’emploi, le logement et l’économie sont les enjeux clés de cette circonscription.

———

Winnipeg South Centre

Députée sortante : Jim Carr (PLC)
Candidats à surveiller : Joyce Bateman (PCC)
Profil : Urbain/banlieue

Jim Carr a été élu en 2015 dans cette circonscription, puis a détenu le poste de ministre des Ressources naturelles de 2015 à 2018, avant d’être réaffecté à la Diversification du commerce international jusqu’à la dissolution du parlement. M. Carr était une figure populaire auprès de l’industrie du pétrole et du gaz, et a été perçu favorablement dans ses deux rôles.

Néanmoins, le Manitoba a été distrait par l’élection provinciale du 10 septembre, qui a donné une majorité aux conservateurs de Brian Pallister. Au niveau fédéral, le PCC, qui détenait cinq sièges au moment de la dissolution, espère doubler ce nombre, et possiblement rayer le NPD de la carte, lui qui en possédait deux.

Le PLC et le PCC se sont échangé la première place dans les sondages pour Winnipeg South Centre en 2019, mais M. Carr semble vouloir se démarquer.

Les partisans de l’exploitation pétrolière en Alberta et en Saskatchewan suivent cette course de près, car M. Carr pourrait être une figure importante (et favorable) au sein du cabinet si les libéraux parvenaient à former le gouvernement tout en n’ayant aucun siège dans ces deux provinces.

Son opposante Joyce Bateman a détenu le siège de 2011 à 2015, avant d’être battue par Jim Carr, qui a récolté le double de ses voix.

———

Kildonan—St. Paul

Députée sortante : MaryAnn Mihychuk (PLC)
Candidats à surveiller : Raquel Dancho (PCC)
Profil : Banlieue

Une ancienne ministre au sein du gouvernement provincial du Manitoba, MaryAnn Mihychuk a été élue au gouvernement fédéral en 2015, devançant le candidat conservateur Jim Bell par seulement 3 % des voix après que le député conservateur sortant ait pris sa retraite. Toutefois, pour l’élection de 2019, Mme Mihychuk traîne de l’arrière dans les sondages, devancée par la candidate conservatrice Raquel Dancho, qui semble en voie de redonner le comté aux conservateurs. Une série de défaites du genre pourrait réduire la représentation libérale à seulement deux ou trois sièges au Manitoba, tous dans la région de Winnipeg.

———

Visitez notre section spéciale sur l’élection fédérale 2019 pour consulter les plus récentes analyses de nos experts.

Sur le même sujet