Allez au contenuAllez à la navigation

Analyse régionale : Ontario

Toronto

En Ontario, les préoccupations concernant la pandémie de COVID-19 persistent. Le variant Delta a provoqué une augmentation du nombre de cas dans la province et l’idée d’instaurer des mesures gouvernementales de vaccination obligatoire et de passeports vaccinaux gagne en popularité.

D’autre part, le public s'inquiète de plus en plus de la reprise post-pandémie qui tarde. Comme de nombreux secteurs n'ont pas encore connu de reprise économique en raison des restrictions liées à la taille des rassemblements et aux voyages, et de l'hésitation politique générale, les revenus de la majorité des travailleurs ontariens ne sont pas équivalents à ceux d’avant la pandémie. Cette réduction des revenus est combinée à l’un des marchés immobiliers les plus difficiles au pays (le prix moyen des résidences se chiffrant à 835 269 $ à l’échelle de la province et à 1 016 580 $ à Toronto), et à un coût de la vie qui augmente rapidement. La population ontarienne, en particulier les membres de la classe moyenne, les propriétaires de petites entreprises et les jeunes, espère que cette élection apportera des réponses aux problèmes d'accessibilité financière.

Il ne fait aucun doute que la quête du Parti libéral vers un gouvernement majoritaire passe par l'Ontario. Les libéraux devront non seulement conserver les sièges qu'ils possèdent déjà, mais ils devront aussi en remporter quelques-uns dans la province et espérer en faire de même en Colombie-Britannique, au Québec et ailleurs. La capacité de M. O’Toole à conserver son appui dans la région du Grand Toronto sera aussi mise à l’épreuve durant la campagne. Parviendra-t-il à maintenir ses 34 sièges dans la province? Cette question à elle seule pourrait bien déterminer le sort de cette élection et la composition du prochain parlement fédéral.

Distribution des sièges

  • Parti libéral : 76
  • Parti conservateur : 34
  • Nouveau Parti démocratique : 6
  • Députés indépendants : 4
  • Vacant : 1

5 circonscriptions à surveiller

Avant d'énumérer les 5 circonscriptions clés, il est important de souligner que les 31 sièges de la région de l'indicatif régional 905 (qui couvre notamment les régions de la banlieue torontoise, de Mississauga et de Niagara Falls) feront la différence entre un gouvernement majoritaire ou minoritaire. En 2019, le Parti libéral a remporté 23 sièges alors que le Parti conservateur en a remporté 8.

1. Windsor-Ouest

  • Député sortant : Brian Masse (NPD)
  • Candidate à surveiller : Sandra Pupatello (PLC)
  • Profil : Urbain/banlieue

L'élection 2021 sera le théâtre de l’affrontement revanche entre Brian Masse, député sortant pour le NPD titulaire du poste depuis 19 ans, et Sandra Pupatello, ancienne ministre provinciale et candidate à la direction du Parti libéral de l'Ontario. Les deux candidats se sont livrés à une course serrée en 2019, Masse l'emportant par moins de 2000 voix et Pupatello obtenant la plus grande part de voix libérales en 21 ans (lorsque le parti a représenté la circonscription pour la dernière fois). Comme les libéraux ont tendance à puiser leurs votes dans les zones urbaines du Canada, cette ville du sud de l'Ontario représenterait un gain important pour le parti.

2. Toronto-Centre

  • Députée sortante : Marci Ien (PLC)
  • Candidate à surveiller : Annamie Paul (PVC)
  • Profil : Urbain

À la suite de la démission de l'ancien ministre des Finances, Bill Morneau, Toronto-Centre a été l'une des deux circonscriptions torontoises à tenir une élection partielle en 2020. Marci Ien est une députée sortante nouvellement élue. Annamie Paul est la nouvelle chef du Parti vert du Canada, qui a remporté 32,7 % des voix lors de l'élection partielle de 2020. Il y a récemment eu une controverse au sujet du leadership d'Annamie Paul au sein de son parti et elle devra assurer une forte présence durant cette élection si elle souhaite continuer de diriger le Parti vert. Par ailleurs, il sera crucial pour le Parti libéral de remporter cette circonscription s’il souhaite obtenir un mandat majoritaire.

3. Ottawa-Centre

  • Députée sortante : Catherine McKenna (PLC) (ne se représente pas)
  • Candidats à surveiller : Yasi Naqvi (PLC) et Angella MacEwen (NPD)
  • Profil : urbain

L'actuelle ministre de l’Infrastructure et des Collectivités du Canada a annoncé en juin 2021 qu'elle ne se représenterait pas aux élections. L'ancien procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi, est le candidat du Parti libéral pour la circonscription. Catherine McKenna occupait ce siège depuis l'élection de 2015. Considérant les liens de M. Naqvi avec l'ancienne administration provinciale Wynne et les bonnes relations de Mme MacEwen avec le milieu syndical, il sera intéressant d’observer si les électeurs rééliront les libéraux dans cette circonscription.

4. Whitby

  • Député sortant : Ryan Turnbull (PLC)
  • Candidate à surveiller : Maleeha Shahid (PCC)
  • Profil : Banlieue/rural

Whitby a toujours été une circonscription fortement conservatrice, étroitement liée au défunt Jim Flaherty, tant au provincial qu’au fédéral. Avec un député sortant du Parti libéral au fédéral, mais un député provincial issu du Parti conservateur, il sera intéressant de voir comment la population de Whitby votera.

5. Davenport

  • Députée sortante : Julie Dzerowicz (PLC)
  • Candidate à surveiller : Alejandra Bravo (NPD)
  • Profil : Urbain

La circonscription Davenport de la région de Toronto est depuis longtemps dans la mire du NPD. En 2019, les sondeurs évoquaient une lutte extrêmement serrée, et, au bout du compte, le parti de Jagmeet Singh a perdu ses élections dans les limites de la marge d’erreur (répétant le même résultat qu’en 2015). Historiquement libérale, la circonscription n'a été représentée par un député néo-démocrate qu'à une seule reprise lors de l’élection de 2011. Cependant, cette fois-ci, le NPD espère tirer profit du succès de la députée provinciale Marit Stiles, élue sous la bannière du NPD provincial. Stiles est de plus en plus populaire depuis l’élection de 2018 et certaines rumeurs indiquent qu’elle pourrait devenir la prochaine leader de son parti.

Les impondérables

La participation électorale : les électeurs se rendront-ils aux urnes? Les partis arriveront-ils à mobiliser le vote des jeunes?

La vaccination et les mesures de précaution liées à la COVID-19 : les chefs seront-ils critiqués par les médias et par le public s'ils ne respectent pas à la lettre les précautions liées à la COVID-19? Les règlements des partis concernant la vaccination et leurs positions sur la vaccination obligatoire et sur les passeports vaccinaux auront-ils un impact?

Consultez notre section spéciale Élection fédérale 2021 pour retrouver les plus récentes perspectives de nos experts.

Autres analyses régionales :