Allez au contenuAllez à la navigation

Les crises ne sont pas toujours prévisibles, bien qu’on le souhaiterait. Il y a celles qu’on anticipe, pour lesquelles les organisations responsables ont un plan de gestion de crise régulièrement mis à jour. Il y a aussi celles qui nous font perdre nos repères et qui peuvent aller jusqu’à menacer la survie de notre organisation.

L’année dernière, nous avons vu un exemple du deuxième type, une crise majeure qui a pris tout le monde par surprise.

Dans un rare phénomène, la société, les individus et les organisations qui la forment traversent simultanément une crise collective qui s’exprime dans nos vies professionnelles et personnelles. Une crise qui perdure et se transforme, sans nous laisser de répit, et dont la durée demeure indéterminée.

Alors que le passage à une nouvelle année nous donne l’occasion de réfléchir sur notre réaction à la pandémie et de planifier les mois à venir, un constat s’impose : la réussite passe par la collaboration. Cela correspond au partage d’expertise, bien sûr, mais aussi au soutien humain et moral que l’on s’apporte les uns aux autres, même à distance.

Le dialogue pour sortir du « sentiment » d’urgence

Gérer une crise, c’est réagir à une situation qui nous force à mettre de côté notre planification et nos priorités pour en limiter les impacts. Mais réussir sa gestion de crise, c’est aussi savoir en sortir. Parfois, la crise se termine d’elle-même. Mais dans d’autres cas, il faut savoir mettre fin au sentiment d’urgence généré par la crise et ce même si les événements hors de notre contrôle se prolongent.

Si le stress peut être un accélérateur d’innovation et d’adaptation, c’est aussi un facteur de dérèglement des activités qui peut faire perdre de vue les objectifs stratégiques de l’organisation à long terme. Paradoxalement, les qualités qui permettent de faire face aux pires situations peuvent devenir des facteurs qui en prolongent les effets en nous faisant perdre de vue ce qui est important au profit de ce qui semble urgent. Prendre le temps de parler de nos impressions, de nos bons et de nos moins bons coups, ainsi que de l’impact des événements sur notre état d’esprit et notre organisation est la première étape pour prendre le recul nécessaire à tout effort de planification. Il ne s’agit pas de nier les défis qui nous attendent, mais plutôt de savoir distinguer les choses sur lesquelles on a du pouvoir de celles qui sont hors de notre contrôle et, par le fait même, de se donner les moyens de passer de la réactivité à l’action véritable.

L’engagement pour (re)prendre l’initiative

On a davantage parlé de communication interne dans les dix derniers mois que dans les dix dernières années, et ce, pour plusieurs excellentes raisons.

La première est humaine, et s’appuie sur des valeurs partagées par la plupart des organisations comme le respect, la considération et l’attention que l’on doit à nos employés et partenaires, en tant qu’employeur, mais aussi en tant que collègue.

La seconde est stratégique. Le talent est au cœur de la réussite des organisations et on a besoin de collaborateurs engagés, fiables, professionnels, créatifs – encore plus en temps de crise.

L’attention portée aux membres de vos équipes, à leur santé physique et mentale, ainsi qu’à la gestion de la transformation de leur environnement de travail, qu’il soit physique ou virtuel, est au cœur de leur engagement, et sera au cœur de vos prochains succès.

Les crises majeures changent autant les gens que les organisations. Certains membres de l’équipe ont pu mettre à profit des compétences habituellement peu sollicitées dans leur poste actuel, tandis que d’autres en ont développé de nouvelles.

Votre capacité à capter ces savoirs, ainsi qu’à comprendre et répondre aux nouvelles aspirations de vos meilleurs talents, va devenir à la fois un atout et un levier pour positionner votre organisation et relever les défis que pour préparer « l’après ».

* * *

2021 va être une autre année exigeante. L’impact de la pandémie ne s’effacera pas d’un coup, et nous avons devant nous un cheminement qui sera sans doute plus long qu’on ne le souhaite. « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » : cet adage n’a jamais semblé plus pertinent. Ensemble, nous avons les moyens d’atteindre nos objectifs en rendant l’aventure plus facile, plus engageante et plus agréable pour tous.