Allez au contenuAllez à la navigation

Qui arrivera à mobiliser les jeunes électeurs?

Qui arrivera à mobiliser les jeunes électeurs?

Les jeunes représentent l’un des plus importants segments démographiques de l'électorat canadien. Considérant que seulement 54 % des jeunes âgés de 18 à 24 ans ont exercé leur droit de vote lors de l'élection de 2019, le fait d’arriver à mobiliser ce segment pourrait devenir un facteur de succès pour certains partis, alors qu’un échec en ce sens pourrait constituer une occasion manquée pour d’autres.

NATIONAL est fier de travailler avec L’apathie c’est plate, un organisme de bienfaisance non partisan qui encourage les jeunes à devenir des citoyens actifs qui contribuent à la démocratie canadienne. L'organisme a joué un rôle fondamental pour expliquer le manque d'intérêt des jeunes électeurs pour la politique et pour identifier les meilleurs moyens de les mobiliser.

Pourquoi certains jeunes décident-ils de ne pas exercer leur droit de vote?

Au cours de chaque cycle électoral, nous entendons constamment que les jeunes ne veulent pas se mobiliser ou que la politique ne les intéresse pas, mais c'est tout simplement faux. Selon une recherche menée conjointement par L’apathie c’est plate et Abacus Data, l'intérêt pour la politique canadienne a augmenté de 10 % chez les jeunes depuis 2019.

Leur réticence à voter est souvent liée à la confiance qu’ils ont envers les institutions officielles, en particulier en ce qui concerne la capacité de ces dernières à avoir un effet mesurable sur les questions qui intéressent les jeunes.

Selon Samantha Reusch, directrice générale de L’apathie c’est plate, « plusieurs jeunes considèrent que le système est inaccessible ou hostile à leur participation en général. Et, par conséquent, ils ne se sentent pas bien outillés ou invités à participer aux élections. »

Les partis arrivent-ils à mobiliser la jeunesse?

La plupart des partis fédéraux ont tenté d'orienter leur programme électoral vers des questions qui intéressent les jeunes. Parmi les priorités de la jeunesse, on compte notamment la crise climatique, la reprise économique, les frais de scolarité et la justice sociale.

Le NPD a présenté plusieurs propositions visant à attirer les jeunes électeurs, notamment l'abaissement de l'âge du droit de vote à 16 ans, une plus grande inclusion sociale, des programmes pour les jeunes autochtones et les jeunes issus de la communauté LGBTQ+, un soutien financier pour les études postsecondaires et un plan pour mobiliser les jeunes dans la lutte contre les changements climatiques. Ces promesses électorales, ainsi que les interactions de Jagmeet Singh avec les jeunes sur les médias sociaux, ont permis au chef du NPD de surpasser les autres chefs de partis dans les intentions de vote des jeunes électeurs. Cela prive Justin Trudeau et les libéraux de l’appui d’un groupe démographique qui avait été très important dans le cadre de leur victoire de 2019.

Le Parti libéral a toujours récolté une part importante du vote des jeunes depuis l'élection de 2015. Au sein de la plateforme qu'il vient d'annoncer, le message qui risque de résonner le plus auprès des jeunes est leur plan en matière d'accès au logement. Le plan en trois points énonce que chaque jeune devrait être en mesure d'acheter une maison, une possibilité que plusieurs d'entre eux n'envisagent pas du tout actuellement. À ce plan s'ajoutent des investissements importants dans des organismes dirigés par des jeunes, des mesures de lutte aux changements climatiques, des initiatives en faveur de l'égalité des sexes et de la diversité, ainsi que des mesures de soutien en matière de santé mentale.

La plateforme du Parti conservateur mettait l'accent sur la reprise économique pour les industries au sein desquelles les jeunes ont été particulièrement touchés. Le soutien à l'économie du divertissement et à l'industrie des services s'adresse directement aux jeunes qui se remettent des conséquences de la pandémie de COVID-19.

La plateforme du Bloc québécois se concentre sur les questions identitaires et l'environnement, mais elle ne met pas l'accent sur des questions spécifiquement axées sur les priorités des jeunes. Comme prévu, le Parti vert met l'accent sur la crise climatique et le revenu de base garanti dans ses promesses électorales, mais n'a pas encore publié de programme complet.

Comment s’y prendre?

Bien que les programmes des partis puissent aborder les questions qui intéressent les jeunes, le plus grand défi sera de les inciter à se rendre aux urnes. Pour arriver à le relever, il faudra :

  • Les rencontrer en personne
  • Assurer une présence sur les plateformes qu’ils utilisent
  • Discuter avec les jeunes d’enjeux qui les concernent
  • Faire en sorte qu’il soit simple d’exercer son droit de vote
  • S'assurer que les jeunes se sentent écoutés et respectés

Les jeunes ont l'impression que leur vote ne fera pas de différence. Il est temps pour les partis politiques de leur prouver qu'ils ont tort et d'arriver à mobiliser les jeunes électeurs canadiens.

Ressources pour les nouveaux électeurs :

Consultez notre section spéciale Élection fédérale 2021 pour retrouver les plus récentes perspectives de nos experts.