Allez au contenuAllez à la navigation

Kate Krivy : une histoire d’engagement

09 mai 2019

En début d’année, Kate Krivy, chargée de comptes principale chez AXON Clinical Trial Services (compagnie soeur de NATIONAL) à Toronto, a reçu le Prix Luc-Beauregard dédié à la mémoire de notre fondateur et décerné au lauréat des Prix d’excellence dont le dossier s’est le plus démarqué cette année. Depuis son arrivée au sein de la Firme en 2015, Kate a démontré un sens de l’organisation hors du commun et une rigueur scientifique exemplaire qui fait le bonheur de ses collègues et ses clients. Au-delà de son travail, Kate s’est particulièrement distinguée par son engagement communautaire auprès de divers organismes. Stéphanie Auclair, rédactrice et chargée de projets chez AVENIR GLOBAL, s’est entretenue avec elle pour en apprendre davantage sur les qualités qui lui ont valu cette grande reconnaissance internationale.

Kate, que représente le Prix Luc-Beauregard pour toi?

Je suis très reconnaissante. On m’a souvent dit que Luc Beauregard était très investi dans son travail, mais qu’il l’était tout autant dans sa communauté. Je suis chanceuse de travailler pour une organisation qui valorise cet équilibre entre le travail et l’engagement communautaire, et je suis touchée que mes collègues considèrent que mon comportement reflète ces valeurs.

Pourquoi l’engagement communautaire est-il si important pour toi?

Dans ma famille, l’engagement communautaire fait partie de notre ADN. Quand j’étais petite, mon grand-père a mis sur pied un groupe de réadaptation pour les gens ayant souffert d’un AVC parce qu’il avait identifié un besoin dans la collectivité. J’ai aussi grandi dans une petite ville où les gens s’entraidaient beaucoup. Par exemple, si quelqu’un était malade, tout le monde lui apportait à manger! C’était une communauté très soudée.

Quand j’ai déménagé à Montréal, ce fut un grand changement pour moi. J’ai eu la chance de trouver un organisme extraordinaire appelé Santropol Roulant, un service de popote roulante qui crée des lien dans la communauté à travers la préparation et la livraison des repas. Grâce à cet organisme, j’ai vraiment commencé à voir le pouvoir de réduire l’isolement et d’établir des liens entre des personnes différentes qui n’auraient autrement peut-être pas eu la chance de se connaître les unes les autres.

As-tu continué à faire du bénévolat lorsque tu as quitté Montréal?

Bien sûr! Lorsque j’ai déménagé à Toronto pour me joindre à AXON CTS en 2015, j’ai commencé à faire du bénévolat au Toronto Distress Centre. Après m’être impliquée dans la communauté montréalaise, il était important pour moi de continuer à redonner. C’était une excellente façon pour moi de découvrir ma nouvelle ville et de développer un sentiment d’appartenance.

Penses-tu que les organisations en font assez pour la santé mentale?

Je pense que les organisations en sont encore au stade initial en ce qui concerne la façon d’aborder la santé mentale en milieu de travail, mais on commence à voir les gens y porter de plus en plus d’attention. C’est intéressant parce que certains aspects de la culture corporative entrent en conflit avec la santé mentale. Le monde des affaires en est un où l’on s’attend souvent à ce que les gens soient toujours à leur meilleur, quitte à faire fi de leurs émotions à l’occasion. Je pense que les entreprises peuvent certainement faire plus pour la santé mentale en offrant aux gens un espace qui leur permet de prendre plus de temps pour eux et sentir qu’ils peuvent exprimer leurs sentiments plus ouvertement. Mais je pense aussi que la santé mentale dans les organisations repose aussi sur les employés et sur la façon dont ils interagissent au travail. Tout le monde doit faire plus et s’écouter les uns les autres pour être des exemples de gentillesse et de compassion au travail.

Être impliquée dans ta communauté t’aide-t-il dans ton travail? Si oui, de quelle manière?

Absolument! Je pense que plus on entend de voix différentes dans notre communauté, meilleurs on est au travail. Le Toronto Distress Centre m’a également appris le pouvoir de la validation et de l’écoute active, et ce sont là des compétences que j’apporte à mes clients chez AXON.

De quoi es-tu le plus fière au cours de la dernière année?

Je suis très fière du travail que fait AXON CTS dans l’application des connaissances et l’engagement des patients. Nous avons mis sur pied des comités consultatifs visant à recueillir les commentaires des gens afin que les essais cliniques soient mieux adaptés aux personnes qu’ils visent à servir. Nous travaillons aussi à fournir des rapports de résultats des essais cliniques à l’intention des participants, afin de pouvoir partager le savoir avec eux.

Y a-t-il des projets ou des objectifs précis que tu as hâte d’atteindre cette année?

J’ai récemment été promue à un nouveau rôle et j’ai hâte de voir les défis que cela représente. Je pense qu’un des objectifs d’AXON est de s’impliquer dans la communauté des essais cliniques de Toronto d’une manière différente.

Comme Kate, plusieurs employés à travers le réseau AVENIR GLOBAL s’impliquent dans leur communauté. Pour en savoir plus sur notre engagement mondial, consultez notre Rapport sur la responsabilité corporative 2018 – Donner une voix à ce qui importe.