Allez au contenuAllez à la navigation

Lettres de nos associés directeurs 2022 : Ontario

26 janvier 2022
L'édifice Gooderham à Toronto

En Ontario, le début d'année 2022 est marqué par une tendance qui est aussi observée à travers le pays : une augmentation inquiétante et spectaculaire des cas de COVID-19 et des hospitalisations, malgré un taux de vaccination très élevé. Les chefs d'entreprise de l'Ontario surveillent attentivement les chiffres pour leurs propres organisations, car de plus en plus d'employés ratent des journées de travail en raison de la maladie ou prennent des congés pour aider leurs enfants qui fréquentent l'école en mode virtuel. Cependant, bien que cette tendance lourde liée à la pandémie domine l’actualité en ce début d’année, d’autres défis se profilent aussi à l’horizon et méritent que l’on s’y attarde.

Les organisations devront apprendre à maîtriser la nouvelle législation provinciale

À la fin de l'année 2021, le gouvernement ontarien a présenté et adopté la Loi visant à œuvrer pour les travailleurs, un ensemble complet de changements législatifs qui encadre notamment le droit à la déconnexion des employés, le droit d’accès à une salle de bain aux personnes qui effectuent des livraisons dans un lieu de travail et la fin des « clauses de non-concurrence ».

Les entreprises travaillent d'arrache-pied pour comprendre les répercussions de cette réglementation d'envergure et plusieurs questions demeurent sans réponse quant à la façon de mettre en œuvre bon nombre de ces nouvelles règles.

Des élections approchent

L'Ontario sera le théâtre de deux élections en 2022 : l'élection provinciale en juin, et les élections municipales dans toute la province en octobre. Les organisateurs de campagnes travaillent déjà sur les plates-formes des différents partis et les candidats commencent à faire du porte-à-porte, même si les mesures liées à la COVID-19 modifient la façon dont ils communiquent avec les électeurs.

Les Ontariens accorderont-ils un nouveau mandat à Doug Ford après un bilan mitigé concernant la gestion de la pandémie? Le chef libéral, Steven Del Duca, parviendra-t-il à convaincre les électeurs avec sa promesse d'une semaine de travail de quatre jours? Andrea Horwath, du NPD, parviendra-t-elle enfin à rejoindre l'électorat? Et quel parti soutiendra le plus adéquatement les entreprises qui ont été les plus durement touchées par la pandémie?

Au palier municipal, comme c’est le cas ailleurs au Canada, certains maires ontariens sortants tirent leur révérence. Jim Watson, à Ottawa, quitte avec un bilan plutôt positif, mais entaché par les problèmes liés aux transports en commun. À Toronto, on attend de connaître la décision de John Tory concernant son choix de briguer ou non le poste de maire à nouveau.

Peu importe les candidats qui prendront les rênes des plus grandes villes ontariennes, ceux-ci devront composer avec des déficits budgétaires importants et constants, une baisse d’achalandage et de financement du transport en commun et des citoyens de plus en plus épuisés qui attendent désespérément de pouvoir socialiser à nouveau. Les dirigeants municipaux parviendront-ils à obtenir des fonds des deux autres paliers de gouvernement? L'avenir des villes ontariennes en dépend.

Les défis liés à la COVID-19 continueront d’être au premier plan – encore une fois

Plusieurs défis en matière de soins de santé marquent le début de l'année 2022 et continueront d'être importants, même si la pandémie en soi est sur le déclin.

Comme plusieurs autres secteurs, celui des soins de santé a été témoin d'un exode massif de professionnels épuisés et il est plus que probable que cette tendance se poursuive. Les mesures instaurées par la province pour permettre aux professionnels formés à l'étranger d'obtenir les titres de compétences nécessaires pour travailler dans le système de santé peuvent faire la différence entre un système fonctionnel et un système déficient. Les coûts pour les entreprises d'un système de santé défaillant sont plus élevés que quiconque ne veut l'envisager. De plus, la négociation de l’entente entre le premier ministre Ford et le premier ministre du Canada concernant l'augmentation du financement fédéral des soins de santé – les transferts canadiens en matière de santé – promet d'être un dossier à surveiller au cours des prochains mois. Les provinces ont fait front commun de manière claire : notre système de santé n'est pas viable avec les niveaux de financement actuels, et les défis ont été exacerbés par les fortes pressions exercées par la COVID-19. NATIONAL suivra ces développements avec attention.

Autres lettres de nos associés directeurs :

Suivant

Rédigé par Lorèn Lailey-Irvine

Lettres de nos associés directeurs 2022 : Alberta et Colombie-Britannique
26 janvier 2022