Allez au contenuAllez à la navigation

Découvrir le programme Leadership au féminin

|30 novembre 2017

Lancé le 15 novembre dernier, le programme Leadership au féminin de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec vise à « propulser l’action de femmes d’affaires engagées, en leur offrant un rayonnement, une mise en réseau et un tremplin vers une reconnaissance de la communauté d’affaires. »

Johanne Devin, présidente du conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et présidente-directrice générale de WebSelf.net, rêvait depuis longtemps de mettre en place un programme afin d’appuyer les femmes d’affaires dans leur croissance et de les accompagner, que ce soit dans la hiérarchie d’une organisation ou dans leur chiffre d’affaires. «La Chambre avait besoin de casser son image de *boys’ club *et de regrouper des femmes influentes qui vont s’entraider et évoluer ensemble dans le cadre d’un programme sur le long terme, » a confié Johanne Devin.

Le 22 novembre dernier avait donc lieu la première conférence du programme Leadership féminin de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, en collaboration avec La Capitale Assurances générales et Cain Lamarre.

Je vous avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Après L’Effet A, Femmes Alpha, le livre de Janie Duquette et les nombreux réseaux d’affaires dédiés aux femmes, je me suis demandé comment ce nouveau programme allait se distinguer des autres initiatives et influencer positivement la vie professionnelle de ces jeunes femmes exceptionnelles du milieu des affaires de Québec.

Tout d’abord, le programme Leadership a rassemblé 30 ambassadrices d’exception, telles que ma collègue de NATIONAL Julie-Anne Vien, Olga Farman, Valérie Bornais, Ichrak Zahar ou Nathalie Quirion pour n’en nommer que quelques-unes. Trente femmes accomplies, avec des horaires déjà très chargés, qui ont accepté d’être ambassadrices de ce nouveau programme et de partager leur expérience et leur savoir avec les 26 premières femmes de la 1re édition.

Une soif de concret et d’authenticité

J’ai eu l’occasion de rencontrer ces femmes, déjà inspirantes de par leur enthousiasme contagieux face à ce programme, plus concret et pratique que ce qu’elles ont pu vivre auparavant. Des femmes, comme Maude Bureau, avocate chez Joli-Coeur Lacasse, et Sarah Baribeau, fondatrice et copropriétaire de Bougeotte et Placotine, qui ont le désir de développer leur réseau et de bénéficier du rayonnement que peut apporter un programme comme celui-ci. « J’ai le désir de me développer comme entrepreneure, par des formations concrètes et des rencontres qui peuvent m’aider à propulser mon entreprise, » a dit Sarah Baribeau.

Des femmes qui ont envie de partager entre elles, qui ont une soif d’apprendre et d’évoluer non seulement professionnellement, mais aussi personnellement. Des femmes qui ont envie de laisser leur marque, tout en restant fidèles à qui elles sont vraiment.

Ça tombait très bien, car le sujet de la première conférence était justement ‘Développer son leadership authentique’. Très axée sur le concret, la présentation de Geneviève Desautels, présidente d’Amplio Stratégies & Univers Interactif, nous a révélé que la première règle pour savoir influencer est de savoir écouter. « Il faut écouter pour comprendre et non écouter pour répondre, » explique la conférencière.

Selon elle, lorsque nous entamons une discussion avec quelqu’un, nous interrompons la discussion au bout de 7 secondes en moyenne, alors que nous avons tout à gagner à nous taire et à vraiment écouter l’autre, en pleine conscience, c’est-à-dire sans réfléchir à ce que nous allons répondre ou faire plus tard. « Écouter en pleine conscience nous permet de recueillir beaucoup d’informations pertinentes qui nous aideront par la suite à peaufiner notre argumentaire et à mieux diriger notre intervention pour avoir ainsi plus d’influence. »

Être en pleine conscience avec quelqu’un se traduit par notre capacité à faire en sorte que notre interlocuteur soit la personne la plus importante au monde. Geneviève a d’ailleurs invité les femmes à faire un exercice pratique où celles-ci devaient écouter leur partenaire pendant 60 secondes sans intervenir.

Elle recommande aussi de poser des questions simples et efficaces, plutôt que des affirmations, afin d’approfondir la discussion. Et surtout, d’assumer les silences lorsque les gens réfléchissent à nos questions. Mais apprendre à être en pleine conscience, dans le moment présent avec quelqu’un demande de l’entraînement, beaucoup d’entraînement.

Cette brève conférence de 30 minutes s’est poursuivie avec une période de questions de 30 minutes. Très intéressées par le sujet, les femmes présentes voulaient en connaître davantage sur l’authenticité d’un leader, sur l’expérience professionnelle de Geneviève, et avoir des trucs concrets pour surmonter leurs propres obstacles.

Un engouement contagieux qui semble réellement répondre à un besoin

Lorsque je les ai questionnées sur ce qu’elles avaient le plus aimé de la conférence, les femmes semblaient avoir été particulièrement touchées par l’importance de rester soi-même, de savoir développer ses capacités d’écoute et de les mettre à profit dans leur vie professionnelle, ainsi que d’apprendre à développer son leadership de manière authentique.

« Savoir écouter nous permet de développer un produit ou un service qui correspond vraiment au besoin du client. » Marie‑Claude Tremblay, entrepreneure-coach, Accompagnement stratégique

« L’idée du leadership authentique est très inspirante. Ce genre de conférence me donne l’envie de me mettre en action. » Marie‑Andrée Roy, directrice, Centre de formation en développement durable Faculté des sciences et de génie, Université Laval

« Je suis allée chercher des outils concrets que je peux appliquer dans ma vie professionnelle. Je me suis aussi rendu compte à quel point ça peut être difficile d’écouter l’autre pleinement sans l’interrompre ou réagir. » Laurianne Lapierre, conseillère aux communications, Aéroport de Québec.

Un programme concret, sur huit mois Ce programme concret, axé sur le partage des bonnes pratiques et les formations propose non seulement d’accompagner cette première cohorte pendant huit mois, à raison de plusieurs rencontres par mois, mais aussi d’offrir aux participantes un rayonnement qui leur permettra d’atteindre de nouveaux sommets dans leur carrière. Dans les prochains mois, vous aurez donc la possibilité de suivre le cheminement de ces leaders, via divers médias traditionnels et les médias sociaux de la Chambre de commerce, ainsi que via notre blogue, où nous partagerons les perspectives, les apprentissages et les attentes de ces femmes.