Dans les médias

Points tournants d’une longue campagne

Publié le 19 octobre 2015

Julie-Anne Vien


  • IMG-Julie-Anne-elxn42

Vendredi dernier, Julie-Anne Vien, associée de NATIONAL basée au bureau de Québec, s’est entretenue avec Catherine Lachaussée de la station CBV (ICI Radio-Canada, Québec) pour discuter des points tournants et du rôle important de l’image dans la campagne électorale fédérale.

Selon notre collègue, le point tournant de la campagne a été la capacité de Justin Trudeau à s’affranchir de l’étiquette de « junior » que lui avait collée Stephen Harper et à réussir à se positionner comme alternative crédible. « À partir du débat sur la politique étrangère, où il a très bien performé, il y a eu un tournant important au niveau de l’image du chef libéral, affirme Julie-Anne. Le gagnant d’un débat – et d’une élection – n’est pas nécessairement celui qui répond le mieux aux questions; c’est celui qui réussit à inspirer confiance. »

Question d’image

Qu’elle soit positive ou négative, la publicité électorale s’inscrit dans une stratégie globale et a un but bien précis pour les chefs : elle leur permet d’une part de se positionner par rapport à leurs adversaires, et d’autre part de les définir. « Dans un univers de surinformation, les électeurs ne sont pas nécessairement devant leurs téléviseurs, précise Julie-Anne. On leur parle sur les médias sociaux, et on leur parle aussi à travers cette industrie du commentaire qui est presque devenue plus importante que la publicité. Le débat sur le débat est presque plus intéressant que le débat en soi. »

On a d’ailleurs assisté à un changement drastique au niveau de l’image du côté conservateur. De nature plus rigide, le chef a tenté d’élargir sa base en fin de campagne, d’abord en déboutonnant et en remontant les manches de sa chemise, puis en s’approchant des gens, en jouant à une version adaptée de The Price is Right et en chantant avec l’animateur Éric Salvail. « Ça démontre qu’on est vraiment dans une dynamique où chaque vote compte et que les notions de proximité et d’humanité peuvent être payantes en fin de campagne, » ajoute Julie-Anne.   

En ce jour de vote, il sera maintenant intéressant de voir si les indécis, qu’on évalue à 20-25% de l’électorat, voteront comme c’est souvent le cas avec la dernière tendance. Parce qu’au final, on veut souvent s’associer au gagnant…

Cliquez sur l’image ci-dessous pour écouter l’entrevue intégrale. 


En faisant un commentaire, vous acceptez les Directives, les Conditions d’utilisation et la Politique de confidentialité de NATIONAL.

Les commentaires formulés dans la présente section représentent l’opinion personnelle de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Cabinet de relations publiques NATIONAL, de ses entreprises, de ses vendeurs ou de ses clients, ou de l’employeur de ses collaborateurs ou de ses clients. Vous pouvez faire part de vos commentaires à ce sujet à l’adresse suivante : [email protected]