Dans les médias

Les réseaux sociaux : la nouvelle tendance en éducation médicale?

Publié le 27 juillet 2011

Shanida Nataraja


  • IMG Social Networking Sites

    (Crédit photo: ©iStockphoto.com/barisonal)

Dans un article publié sur le site Web de la European Medical Writers Association, Shanida Nataraja, directrice de la création et des affaires scientifiques chez AXON Communications, parle de l’influence des sites de réseautage social en éducation médicale.

Sachant que les sites Web traitant de santé se sont multipliés au cours des dernières années, il est évident que de plus en plus de patients cherchent de l'information médicale sur Internet. Puisque ces sites de réseautage social comptent de plus en en plus d’utilisateurs et que les gens se tournent vers leurs réseaux sociaux pour obtenir des conseils médicaux, les professionnels du domaine médical ont la possibilité de communiquer des renseignements importants à un public averti. Ils peuvent « tweeter » sur ​​l'importance du diagnostic précoce du cancer de la prostate, initier une discussion sur Facebook pour comprendre la perspective des patients sur l'impact des effets secondaires de la chimiothérapie ou publier les dernières nouvelles à propos de l'approbation réglementaire d'un nouveau traitement. Les possibilités sont infinies et les experts en communication médicale ne peuvent pas se permettre de manquer l'occasion de diffuser de l’information médicale à la communauté  grandissante de « réseauteurs » sociaux. (L’article, à télécharger ci-bas, est en anglais.)

Télécharger


En faisant un commentaire, vous acceptez les Directives, les Conditions d’utilisation et la Politique de confidentialité de NATIONAL.

Les commentaires formulés dans la présente section représentent l’opinion personnelle de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Cabinet de relations publiques NATIONAL, de ses entreprises, de ses vendeurs ou de ses clients, ou de l’employeur de ses collaborateurs ou de ses clients. Vous pouvez faire part de vos commentaires à ce sujet à l’adresse suivante : [email protected]