Skip to contentSkip to navigation

Michael Sabia at the Ghislain Dufour Business Forum

The Ghislain Dufour Business ForumTM was pleased to welcome Mr. Michael Sabia, Chair of the Board of Canada Infrastructure Bank and Director of the University of Toronto Munk School of Global Affairs and Public Policy, on June 9. Here is a short recap of the discussion. (The article is in French.)

———

La formule virtuelle du Forum Ghislain Dufour du monde des affairesMD a connu une autre édition réussie le 9 juin dernier à l’occasion de la visite d’un homme d’affaires dont l’expertise économique n’est plus à démontrer, Michael Sabia.

Haut fonctionnaire au gouvernement fédéral dans les années 1980 et 1990, il a ensuite occupé des postes stratégiques au Canadien National et à Bell Canada avant d’accéder, en 2009, à la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Depuis février 2020, il est directeur du Munk School of Global Affairs & Public Policy de l'Université de Toronto. En avril, il a également été nommé président du conseil d’administration de la Banque de l’infrastructure du Canada. Dans une formule originale et conviviale, notre collègue John Parisella, conseiller spécial, Stratégie et rayonnement au Cabinet de relations publiques NATIONAL, s’est entretenu avec M. Sabia sur une variété de sujets, alors que le déconfinement et la relance économique sont amorcés partout au pays.

D’entrée de jeu, M. Sabia a affirmé que l’ampleur de la crise mondiale entraînée par la pandémie de COVID-19 a montré la nécessité d'adopter des plans gouvernementaux afin de rendre l’économie plus résiliente et plus prospère. Le spécialiste de l’économie estime que l’objectif ne doit pas être uniquement de la relancer, mais bien de la repositionner devant les enjeux multiples mis en lumière par cette crise multidimensionnelle. Parmi ceux-ci, il souligne l’importance de la sécurité de l’offre; l’accroissement de l’inégalité des revenus; l’apparition de crises de confiance des investisseurs à l’endroit des entreprises, et des citoyens à l’endroit des gouvernements; les changements climatiques; et la transformation numérique. Alors que les paradigmes économiques et sociaux sont en mouvement, M. Sabia croit que les façons traditionnelles de répondre aux crises apparaissent désormais moins sûres. Selon lui, la créativité et l’innovation sont particulièrement de mise afin d’assurer une stratégie de relance offensive. À cet effet, il cite d’ailleurs Rahm Emanuel : « Never waste a good crisis! ».

Questionné par John Parisella sur l’avenir de la mondialisation, l’ancien PDG de la Caisse de dépôt et placement indique que la tendance à la régionalisation qui transforme actuellement le système économique mondial n’est pas une conséquence directe de la pandémie. M. Sabia précise toutefois que celle-ci accélère l’émergence d’un monde bipolaire entre les États-Unis et la Chine, qui est perceptible depuis le début du XXIe siècle. Il affirme que la structure du commerce international en sera inévitablement modifiée. L’impact de ces tendances sur le Canada est inéluctable, alors que la santé économique du pays est intimement liée à celle des États-Unis, qui ne sont d’ailleurs plus un allié aussi fiable qu’avant, sans égard à l’actuel président. Ainsi, la capacité à entretenir une relation constructive tant avec les États-Unis qu’avec la Chine sera une question fondamentale pour l’avenir économique du Canada.

Le nouveau président du conseil de la Banque de l’infrastructure a partagé plusieurs autres observations intéressantes. La récente performance des marchés, influencée par les technologies de communication et de santé, semble un peu déconnectée de l’incertitude qui accable le reste de l’économie. M. Sabia note que cela fragilise les marchés et que la relance risque d’être plus lente que prévu. Selon son analyse, les investissements en infrastructure sont une belle façon de stimuler l’économie de façon constructive. Cependant, il plaide pour que les gouvernements soutiennent et créent de la demande économique pour encourager les investissements privés. Dans les circonstances, il affirme que l’équilibre budgétaire public n’est pas la donnée la plus importante, et que c’est plutôt la relance économique qui l’est. Selon lui, il vaut peut-être mieux accepter des déficits pendant un certain temps, car des hausses de taxes engendreraient une diminution de la demande qu’il faut plutôt chercher à augmenter.

M. Sabia a eu la gentillesse de prolonger sa présence au Forum afin d’échanger avec les participants lors d’une période de questions menée par François Crête, vice-président, Relations gouvernementales, au bureau montréalais du Cabinet de relations publiques NATIONAL. Il a conclu son exposé en soulignant l’ouverture du Québec sur le monde et l’importance qu’aura l’élection américaine de novembre prochain.

À propos du Forum Ghislain Dufour du monde des affairesMD

Le Forum Ghislain Dufour du monde des affaires permet à des gens d’affaires de rencontrer et de dialoguer avec des personnalités politiques et d’affaires québécoises et canadiennes, des conseillers politiques ou des administrateurs publics de haut niveau sur une base apolitique et non partisane. Pour en savoir plus, visitez le www.forumghislaindufour.com