Dans les médias

Ryan Lochte et le prix de la malhonnêteté

Publié le 23 août 2016

Kim WestStéphanie Auclair


  • IMG-Kim-West-Ryan-Lochte

On a d’abord eu droit à une histoire inventée de vol à main armée. Puis la vérité est arrivée, suivie d’excuses plus ou moins senties livrées six jours après l’incident. En plus de perdre le respect des Brésiliens et des gens à travers le monde, le nageur olympique Ryan Lochte a maintenant perdu quatre de ses principaux commanditaires (Speedo USA, Ralph Lauren, Syneron Candela et Airweave).

Kim West, associée et chef de la direction client au bureau torontois de NATIONAL, a visité le plateau de CTV News hier pour analyser la controverse et ses conséquences d’un point de vue communicationnel, et expliquer à quel point les commanditaires prennent au sérieux leurs partenariats avec des athlètes payés pour promouvoir leurs marques et incarner leurs valeurs.

Après s’être présenté comme une victime et ne pas reconnaître l’impact de ses actions sur les gens de Rio et du Brésil, Ryan Lochte peut-il espérer retrouver une quelconque forme de crédibilité? « Nous aimons tous une bonne histoire où un individu apprend de ses erreurs et revient au sommet de sa gloire, dit Kim. Considérant qu’il approche la fin de sa carrière, j’ignore si les commanditaires seront intéressés lui donner une seconde chance, mais en tant qu’homme, je crois que la possibilité de se racheter est toujours présente. »

Tel que souligné dans notre rapport Regard neuf publié la semaine dernière, l'histoire de Ryan Lochte est un parfait exemple de la façon dont les gens – et les commanditaires – sont guidés par leurs propres valeurs lorsqu’ils prennent des décisions...


En faisant un commentaire, vous acceptez les Directives, les Conditions d’utilisation et la Politique de confidentialité de NATIONAL.

Les commentaires formulés dans la présente section représentent l’opinion personnelle de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Cabinet de relations publiques NATIONAL, de ses entreprises, de ses vendeurs ou de ses clients, ou de l’employeur de ses collaborateurs ou de ses clients. Vous pouvez faire part de vos commentaires à ce sujet à l’adresse suivante : [email protected]