Dans les médias

Les nouvelles règles de la commandite sportive

Publié le 4 août 2014

Paul Wilson


  • IMG-Tennis

    (Crédit photo: Shutterstock/David Lee)

Avec les récentes performances d’Eugénie Bouchard et Milos Raonic, le tennis est en train de devenir une sérieuse source d’excitation et de fierté à travers le pays. Bénéficiant de cet essor de popularité du sport, des entreprises ont décidé de tirer leur épingle du jeu en s’associant à divers événements de tennis d’envergure. Mais au-delà de la commandite de grands tournois, les compagnies doivent en offrir davantage au public pour se distinguer.

Dans un article d’Isabelle Massé publié dans La Presse du 4 août dernier, notre collègue Paul Wilson explique d’ailleurs que la commandite sportive « est un moyen de visibilité extraordinaire, mais à condition que l’entreprise commanditaire d’un événement investisse dans ses déclinaisons. Juste un bandeau, ça ne vaut pas grand-chose.»

Autrement dit, les entreprises ne peuvent plus se contenter d’afficher leur nom sur un bandeau affiché au court central. La créativité et l’engagement du public sont maintenant essentiels à la réussite. Et comme le mentionne Paul, quoi de mieux pour la Banque Nationale (cliente de la Firme) que de « donner l’occasion de frapper des balles avec Eugénie Bouchard »  pour maximiser son impact auprès du public?!

Pour consulter l’article intégral sur le site Web de La Presse, cliquez ici.    


En faisant un commentaire, vous acceptez les Directives, les Conditions d’utilisation et la Politique de confidentialité de NATIONAL.

Les commentaires formulés dans la présente section représentent l’opinion personnelle de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Cabinet de relations publiques NATIONAL, de ses entreprises, de ses vendeurs ou de ses clients, ou de l’employeur de ses collaborateurs ou de ses clients. Vous pouvez faire part de vos commentaires à ce sujet à l’adresse suivante : [email protected]